Participants

Conférences plénières

Florence DESCAMPS (Maître de conférence HDR, EPHE)

Maître de conférence HDR à l’EPHE, Florence Descamps anime un séminaire consacré à l’histoire orale. Elle a assuré de 1987 à 1994 le secrétariat scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF), au sein duquel elle a créé la collection d’archives orales du ministère de l’Economie et des Finances qui compte aujourd’hui plus de 3 500 heures de témoignages oraux.

Elle a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles, parmi lesquels L’historien, l’archiviste et le magnétophone, disponible en ligne. Elle a dernièrement publié : « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance » et « Recommandations pour la collecte, le traitement et l’exploitation des témoignages oraux », avec R. Branche, F. Saffroy et M. Vaïsse,  in V. Ginouvès et I. Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2018, p.89-101 et p. 102-127.

Elle est responsable de la revue Sonorités publiée par l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS) dont elle est la présidente.

Philippe JOUTARD (Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille, EHESS)

Philippe Joutard, professeur émérite d’histoire moderne à l’université d’Aix-Marseille, a aussi enseigné à l’EHESS. Pionnier de l’historien orale en France, il a travaillé sur les mémoires du protestantisme cévenol et plus largement sur divers types de mémoires historiques. Il a aussi étudié le protestantisme français à l’époque de la révocation de l’édit de Nantes et s’est, par ailleurs, intéressé à l’imaginaire de la haute montagne.

Parmi ses ouvrages, on peut citer La Légende des camisards, une sensibilité au passé, Gallimard, 1977 ; Ces voix qui nous viennent du passé, Hachette, 1983 ; L’invention du Mont-Blanc, Gallimard, 1986 ; Histoire et mémoires, conflits et alliance, La découverte, 2015.

Dernières publications : La Révocation de l’édit de Nantes ou les  faiblesses d’un Etat, Gallimard, 2018 et Camisards et Vendéens, deux guerres françaises, deux mémoires vivantes, (en coll. Avec Jean Clément Martin), Alcide, 2018.


Intervenants

John BARZMAN

Professeur émérite d’histoire, Université Le Havre Normandie/IDEES Le Havre UMR 6266 CNRS. En tant qu’historien débutant aux Etats-Unis dans les années 1980, je m’intéressais peu aux sources orales. Deux expériences universitaires comportant une forte dimension citoyenne ont infléchi ma pratique dans les années 1990 : ma participation à l’équipe du Maitron avec sa focale sur les biographies, et une observation du recueil de témoignages audiovisuels de survivants de la Shoah. En 2000, un appel à utiliser les mêmes méthodes que j’avais apprises avec les rescapés du génocide pour une histoire des électriciens et gaziers, m’a lancé dans une série de campagnes de recueil d’entretiens. En sont sorties entre autres :
+ Barzman J. (sld) avec Claude Bec, Jacques Doublet, Elisabeth James et l’équipe de la CMCAS du Havre, « Quelque part, ça laisse des traces… » Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre, Rouen : PURH, 2003.
+ Barzman, J. (sld) avec Alès, Vincent, Duboc, Armelle, De Filipis, Roxana Elata, Emion, Jean-Daniel, Hue, Marianne, James, Elisabeth, Leborgne, Yann, Touzan, Michel ,Gonfreville l’Orcher 1947-1980, Mémoire des cités, Fécamp: Falaises, 2005.
+ Barzman J., « Le Havre : mémoire de l’immigration : que demande l’historien à la mémoire orale ? » et « Conclusion », dans Calame François, Castelain Jean-Pierre et SchmidtPierre (sld), La mémoire orale. Rencontres ethnologiques de Rouen, Rouen : PURH/CRéCET, 2007.
+ John Barzman, « Conflits et négociations au Havre avant et après les grandes réformes portuaires », L’Espace Politique [En ligne], 16 | 2012-1,
Les citations complètes de ces travaux et d’autres sur ma page academia.

Ramona A. BRAUN

Nicolas CAPPELLARI

Nicole Cappellari est doctorante contractuelle en Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne au sein du laboratoire HiCSA, sous la direction de M. Jean-Philippe Garric et à l’Université Iuav de Venise sous la direction de M. Federico Bucci. Elle est titulaire d’une licence en Science de l’architecture de l’Iuav et de master 1 et 2 en Histoire de l’architecture obtenus à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Son mémoire de master a porté sur l’exposition La métropole imaginaire, un Atlas de Paris de Bruno Fortier présentée à l’Institut français d’architecture en 1989. Ses recherches actuelles portent sur la génération d’architectes français qui a permis la réémergence du thème de l’urbain dans les années 1970 et 1980, à travers l’écriture de l’histoire et le projet.

Rémy CAZALS

Rémy Cazals est actuellement professeur émérite à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Il a travaillé sur l’histoire de l’industrie lainière et des classes ouvrières en Languedoc. Puis sur l’histoire de la guerre de 1914-1918, accordant beaucoup d’importance à la recherche, à la publication et à l’analyse des témoins de l’époque issus des catégories populaires. Il a notamment dirigé l’ouvrage collectif 500 témoins de la Grande Guerre en 2013. Il fait partie du comité scientifique de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Nicolas COURNIL

Attaché de conservation aux Archives départementales de la Dordogne. Titulaire d’un diplôme d’études approfondies en anthropologie sociale-ethnologie de l’Université Bordeaux 2 (1998) : Prendre le maquis. Pour une anthropologie de la Résistance. Chargé de cours à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 de 1999 à 2006 (anthropologie historique du domaine européen, anthropologie de terrain). Chargé de mission pour la création d’un musée de la Résistance et de la déportation en Dordogne de 2002 à 2007. Chargé de mission recherches sur la Résistance et le devoir de mémoire aux Archives départementales de la Dordogne de 2007 à 2014.

Julie CRENN

Julie Crenn est docteure en histoire de l’art, critique d’art (AICA) et commissaire d’exposition indépendante. En 2005, elle a obtenu un Master recherche en histoire et critique des arts à l’université Rennes 2, dont le mémoire portait sur l’art de Frida Kahlo. Dans la continuité de ses recherches sur les pratiques féministes et postcoloniales, elle reçoit le titre de docteure en Arts (histoire et théorie) à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III. Sa thèse est une réflexion sur les pratiques textiles contemporaines (de 1970 à nos jours). Des pratiques artistiques mettant en avant les thématiques de la mémoire, l’histoire, le genre et les identités (culturelles et sexuelles). Critique d’art, elle collabore régulièrement avec les revues Artpress, Africultures, Laura, BrandedLigeia, Inferno, N. Paradoxa ou encore Inter-Art-Actuel.  Julie Crenn est commissaire associée à la programmation du Transpalette – centre d’art contemporain de Bourges (2018-2020). Elle est également membre du Comité Technique d’Acquisition du FRAC Poitou-Charentes (2014-2020). En 2018, Julie Crenn est la directrice artistique de la résidence Les Ateliers des Arques.

Elena DANESCU

Dr Elena Danescu est chercheur au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH), département « Histoire contemporaine de l’Europe ». Ses domaines de recherches visent l’histoire de l’intégration européenne, l’Union économique et monétaire et la gouvernance européenne, le Luxembourg et ses élites dans la construction européenne, ainsi que l’élargissement de l’UE à l’Est et les transitions démocratiques. Parmi ses derniers projets comptent « Pierre Werner et l’Europe » (2011-2017) et « Concurrence, convergence, harmonisation – aux racines de la fiscalité des pays Be-Ne_lux » (commencé en 2018). Elle dispense le cours d’Histoire de l’intégration européenne dans le cadre du Master en Histoire européenne contemporaine ä l’Université du Luxembourg et est l’auteur de nombreuses publications dans ses domaines de prédilection.

Jacques-Olivier DAVID

Jacques-Olivier David est médiateur culturel depuis 23 ans. Il a placé au cœur de ses pratiques les publics et les usages, autant dans son travail de médiation de l’art contemporain, de l’histoire contemporaine que des projets urbains. Il a en charge notamment le travail pédagogique avec les témoins à la fondation Mémorial de la Shoah depuis 2006. Il est directeur de l’association « Témoins de Paris – centre de ressources orales sur l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France » qu’il a créé en 2018. 

Anne DE FLORIS

Anne de Floris est ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’histoire. Elle prépare actuellement une thèse sous la direction du Pr. Pascal Griset, intitulée « Systèmes automatiques et opérateurs humains dans le vol spatial : la trajectoire européenne, des prémices à la Station Spatiale Internationale », à Sorbonne-Universités, au sein de l’UMR SIRICE. Son travail de recherche porte notamment sur la place du vol habité dans la construction de l’Europe comme puissance spatiale.

Alexandra DE HEERING

Alexandra de Heering est chercheuse postdoctorante à l’Université de Namur (FNRS, Belgique) et chercheuse associée à l’Institut français de Pondichéry (Inde). Elle s’intéresse aux histoires dalit (intouchables), et plus spécifiquement à leur exploration à travers le prisme de l’histoire orale. Ses recherches qui l’ont amenée à travailler dans différents contextes (ruraux et urbains), l’amènent à réfléchir à différents aspects méthodologiques et épistémologiques de l’histoire orale. Elle a récemment élargi son champ de recherche à d’autres types de sources souvent négligées par les historiens : les sources visuelles, et travaille actuellement sur l’histoire sociale de et par la photographie vernaculaire en Inde du Sud. En plus d’articles académiques parus dans South Asia Research ou dans une anthologie sur la littérature dalit publié chez Routledge, son travail de thèse a été publié en 2018 : Speak, Memory. Oral Histories of Kodaikanal Dalits.

Pierre-Eric FAGEOL

Agrégé, Maître de conférences, Université de La Réunion – ICARE. Après une thèse consacrée au sentiment d’appartenance et de représentation nationale à La Réunion (années 1880-1950), ses axes de recherche s’articulent autour des positionnements identitaires envers la communauté nationale dans un contexte colonial et postcolonial.

Armelle FAURE

Armelle Faure est anthropologue, docteur EHESS. Sa thèse porte sur le grand barrage de Bagré au Burkina Faso. Elle a travaillé plus de 20 ans auprès des organisations internationales en Afrique, en Asie et à Madagascar, sur les grandes infrastructures. En France, elle étudie les villages engloutis au XX° siècle, avec les familles qui ont été déplacées des bords de rivières par la production d’énergie. Elle est l’auteur de plusieurs livres qui utilisent les témoignages oraux, dont « Voyage à Diên-Biên Phu ». Elle a conçu et réalisé les Archives orales des « 100 témoignages oraux de la vallée de la Dordogne et de ses grands barrages». Une partie de ses travaux est disponible en texte intégral sur le site ResearchGate. Une partie de ses conférences sont visible sur YouTube

Camille FAUROUX

Camille Fauroux est agrégée et docteure en histoire, rattachée au CRH. Elle a soutenu en novembre 2016 une thèse sur les quelques 80 000 femmes parties de France pour travailler dans l’Allemagne national-socialiste entre 1940 et 1944. Cette thèse, soutenue à l’EHESS, a été récompensée en 2017 par le prix annuel de la thèse du GIS “Institut du Genre”. Son projet de recherche actuel porte sur une grève victorieuse d’ouvriers sans-papiers dans le quartier du Sentier à Paris en 1980-1981. A travers cette nouvelle recherche, elle continue d’explorer des questions liées à l’entrelacement de l’histoire, de la mémoire et des archives. 

Juliette FONTAINE

Doctorante en science politique à l’université Paris 1 depuis septembre 2011, je travaille sur la fabrique des politiques scolaires du régime de Vichy. J’ai auparavant suivi un cursus de sociologie à l’université Paris 5 et un master de sciences humaines (ETT) cohabilité par l’ENS et l’EHESS où je me suis familiarisée avec la pratique de l’entretien. Doctorante contractuelle puis ATER, je termine actuellement ma thèse. Lien vers ma page CESSP

Frédéric GARAN

Agrégé, Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de La Réunion – OIES. Chercheur associé au CRHIA (Nantes) et à IDEE (Le Havre). Directeur de publication et fondateur de la revue Tsingy : Revue de Sciences humaines, Sud-Ouest de l’océan Indien. Il a enseigné au Maroc et à Madagascar entre 1993 et 2008. Après une thèse consacrée aux photographies de missionnaires en Chine, plusieurs travaux sur les anciens combattants de l’armée française au Maroc, au Sénégal, au Niger et à Madagascar, ses recherches sont maintenant centrées sur Madagascar, durant la période coloniale.

Elodie GIRAUDIER

ATER à l’Université de Bourgogne, Élodie Giraudier a soutenu sa thèse d’histoire contemporaine en septembre 2018. Préparée sous la direction d’Olivier Compagnon (Sorbonne nouvelle – Paris 3, IHEAL-CREDA), celle-ci portait sur Le Parti démocrate-chrétien au Chili, 1957-2010 : De la troisième voie au néolibéralisme et a montré que la trajectoire du PDC était plus liée à la Guerre froide qu’au catholicisme social. Cette recherche a donné lieu à la publication de 10 articles dont « Le transnationalisme démocrate-chrétien. L’exemple du Chili », Matériaux pour l’histoire de notre temps, nº 119-120, 1er semestre 2016, p. 17-23. Élodie Giraudier s’intéresse désormais aux réseaux internationaux (religieux et politiques) du PDC dans les années 1960-1980. 

Bénédicte GIRAULT

Enseignante dans le second degré et depuis 2010 à l’Université de Versailles Saint-Quentin où elle est responsable de la formation des enseignants, Bénédicte Girault a soutenu une thèse dirigée par Patrick Garcia le 8 décembre 2018 intitulée : « Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale su Service d’histoire de l’éducation (c.1950-c.2010) ». Ses recherches portent sur les archives orales et les processus de patrimonialisation qui leur sont associés, l’histoire de l’enseignement, et les enquêtes comme observatoire de l’histoire des sciences sociales à partir des pratiques de recherche.

Marion HENRY

Marion Henry est doctorante en histoire en co-tutelle entre Sciences Po et l’Université de Strathclyde à Glasgow. Sa thèse, dirigée conjointement par Paul-André Rosental (Sciences Po) et Arthur McIvor (University of Strathclyde) porte sur les brass bands issus des bassins miniers britanniques entre 1945 et 1984. Diplômée du master d’histoire de Sciences Po en 2013 et agrégée d’histoire depuis juillet 2015, elle débute sa thèse en septembre 2016 après avoir enseigné un an dans le secondaire. Elle a passé l’année universitaire 2017-2018 au Scottish Oral History Centre (SOHC) ) Glasgow afin de mener son travail de terrain et de conduire son enquête orale avec des musiciens liés à l’industrie minière britannique.

Dominique HERVIER

Conservateur général honoraire du Patrimoine, correspondante du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication depuis 2006 où elle coordonne l’ouvrage collectif « Malraux et l’architecture ». Collaboratrice d’André Chastel au CNRS de 1965 à 69, elle devient en 1980 conservateur régional de l’inventaire général en Ile-de-France (DRAC), développe jusqu’en 2006 des enquêtes dans les départements de la petite couronne, les Yvelines et l’Essonne et dirige la publication d’une quarantaine d’ouvrages sur le patrimoine de la région. Elle est membre du secrétariat de rédaction de la revue Histoire urbaine et responsable de la Chronique du Bulletin monumental. A dirigé de 2014 à 2017 pour le Comité d’histoire du MCC et l’École nationale des Chartes la campagne de collecte des entretiens conduits par Eva Renzulli consacrés à André Chastel et son entourage. 

Cécile HOCHARD

Docteure en histoire contemporaine de l’université Paris-Diderot, enquêtrice sur le projet d’appel à témoignages « Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots », puis commissaire générale de l’exposition « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 » de 2012 à 2015. Ingénieure de recherches, entre 2016 et 2018, au sein de l’Equipex Matrice et du programme transdisciplinaire 13-Novembre, porté par le CNRS et l’INSERM ; responsable, depuis juin 2018, du pôle scientifique de Rails & histoire, l’association pour l’histoire des chemins de fer.

Caroline IZAMBERT

Agrégée d’histoire, j’ai soutenu en novembre 2018 une thèse intitulée « Soigner les étrangers ? L’État et les associations pour la couverture maladie des pauvres et des étrangers en France des années 1980 à nos jours », dirigée par Nancy L. Green, au Centre de recherches historiques de l’EHESS. Je suis actuellement responsable plaidoyer mobilisations citoyennes de l’association de lutte contre le sida Aides et membre du comité de rédaction de la revue Santé publique.

François KLEIN

François Klein est historien et collaborateur de recherche au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH), département « Histoire publique ». Ses domaines de recherches visent l’histoire de l’intégration européenne, l’histoire orale, le Luxembourg et ses élites dans la construction européenne, l’histoire publique, ainsi que les domaine pédagogiques et de la communication. Son dernier projet d’envergure a visé la constitution du corpus d’interviews «L’histoire orale de l’intégration européenne». Il participe à la conception et au déroulement des séminaires de recherches en Histoire de l’intégration européenne dans le cadre Master en Histoire européenne contemporaine à l’Université du Luxembourg et publie régulièrement dans ses domaines de prédilection.

Christophe LAFAYE

Christophe Lafaye est archiviste et historien (docteur en histoire contemporaine de l’université d’Aix-Marseille et titulaire d’un master II Professionnel « Archives des XXe et XXIe siècles Européen » de l’université de Bourgogne). Chercheur associé à l’université de Rouen et à l’Institut Stratégique de Recherche de l’Ecole Militaire (IRSEM), enseignant vacataire à l’université de Bourgogne, ses travaux portent sur la collecte, la conservation, la valorisation et la mise en récit de l’expérience combattante des XXe et XXIe siècles dans une perspective transdisciplinaire. Il est lauréat du prix d’histoire militaire 2014 du ministère de la Défense, d’une lettre de félicitations de l’IHEDN 2015 et du prix Raymond Poincaré 2016, pour sa thèse sur « L’armée française en Afghanistan (2001-2012). Le génie au combat », publiée chez CNRS éditions.

Narjis LAOUFI

Narjis Laoufi est une chercheuse franco-algérienne en Master 2 d’Histoire de l’Afrique, à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne, rattachée à l’Institut des Mondes Africains (IMAF). Elle bénéficie d’une bourse de recherche du Centre Jacques-Berque, institut français de recherche au Maroc. Son mémoire de Master 1 était les premiers pas de son Enquête dans les sources et l’historiographie d’Octobre 1988 à Alger (dirigé par Pierre Vermeren).

Caroline LARDY

Caroline Lardy est maître de conférences en études cinématographiques à l’UCA (Université Clermont Auvergne-France). Membre du Centre d’Histoire «Espaces et Cultures»(CHEC1001-Clermont-Ferrand-France), elle conduit ses recherches à partir des méthodes relevant de l’anthropologie filmique. Sa démarche et ses objets d’étude s’intéressent principalement au film envisagé comme un outil d’exploration, d’exploitation et d’analyse des données collectées. Ses travaux portent sur les méthodes d’observation et la réalisation de films documentaires en milieu contraint mais aussi sur les pratiques de dévotion, les usages pluriels de l’archive filmique, amateur ou professionnelle, (à l’état brut, retravaillée ou détournée) ainsi que sur la représentation des figures de marginalité et des minorités dans des cinématographies peu explorées.

Maxime LAUNAY

Maxime Launay prépare une thèse d’histoire contemporaine sous la direction du Pr. Olivier Dard à Sorbonne Université, au sein du laboratoire SIRICE. Intitulée « La société politique et les armées en France (1972-1983) », ce doctorat vise à comprendre les relations qu’entretiennent les partis, syndicats et associations politiques avec les responsables militaires.

Jean-Philippe LEGOIS

Archiviste et historien, responsable d’Archives municipales de 1994 à 2016, Jean-Philippe Legois a dirigé, de 2004 à 2009, à Reims, la Mission de préfiguration de ce qui a été pérennisé, en région parisienne, sous le nom de Cité des mémoires étudiantes et qu’il continue à co-présider. Il est par ailleurs vice-président du GERME (Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants) et chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences-Po Paris.
Parmi d’autres publications, il a publié « Archives et mémoires étudiantes : « non-lieu » de « mémoire » ? » dans le numéro 17 d’In Situ, revue des patrimoines sur « Les patrimoines de l’enseignement supérieur » (coord. par Christian Hottin, 2011-2012) et « Les 33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne » (Syllepse, 2018).
Il mène actuellement une recherche doctorale en archivistique à l’Université d’Angers (TEMOS) sur « Les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des années 1968 ».

Pascal LIEVRE

Pascal Lièvre est un plasticien qui apparaît sur la scène de l’art contemporain au début des années 2000, avec une série de vidéos musicales où des textes politiques, psychanalytiques ou philosophiques sont chantés sur des musiques populaires. Il explore la figure de l’exception au droit d’auteur qu’est le droit de parodie en exploitant le potentiel critique de l’imitation, renouant avec l’origine théâtrale des interludes bouffons : il produit des parabases politiques et crée des fictions plastiques par inversion de modèle. Sa pratique de la performance passe d’abord par des reenactments de performances historiques surtout d’artistes femmes et ensuite de mise en forme de corpus théoriques via des pratiques sportives comme l’aérobic ou la figure du défilé. Ses œuvres sur toile rejouent l’histoire de l’art avec des paillettes, un travestissement de formes iconiques autoritaires de l’art contemporain. Ses dernières années, il travaille sur des corpus théoriques féministes sous forme d’installation vidéo, de performance ou d’œuvres graphiques. L’œuvre de Pascal Lièvre joue sur différents registres de lectures, il tend à une décomplexification des genres, des styles et des goûts. Pour cela, il engage avec humour, provocation et critique, un dialogue avec le monde des images qu’il décortique et examine sans limite.

Radouan Andrea MOUNECIF

Radouan Andrea Mounecif est doctorant en histoire à Sorbonne Université (UMR 8138 Sirice) et archiviste aux Archives Historiques du groupe Total. Diplômé de Master au Département Méditerranée Maghreb Europe de l’Université de Paris 8, il a également étudié à l’Università degli Studi di Padova et à la Holy Spirit University of Kaslik avant de continuer sa spécialisation en Archives et Record management. Il a travaillé dans différents services d’archives publiques et privés comme chargé de valorisation des collections historiques. Ses recherches se concentrent sur l’histoire des entreprises et de l’industrie, l’histoire sociale et culturelle de l’énergie et la sociologie du travail. Sa recherche de doctorat s’intitule « Politiques de main d’œuvre et formation des cadres dans les entreprises pétrolières en Algérie : une histoire sociale de l’industrie françaises du pétrole (1944-1973) ».

Serge OLLIVIER

Serge Ollivier est post-doctorant au Centre d’Histoire sociales du XXe siècle (UMR 8058) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.  En novembre 2017, il a soutenu sa thèse « Existir como comunidad. Vivre la démocratie dans les barrios de Caracas sous la IVe République vénézuélienne (1958-1998) » réalisées sous la direction d’Annick Lempérière à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et dans l’unité mixte de recherche Mondes Américains (UMR 8168).

Nathalie PONSARD

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Clermont Auvergne, Membre du Centre d’Histoire «Espaces et Cultures»(CHEC1001-Clermont-Ferrand-France), Nathalie Ponsard travaille sur les recompositions de la culture ouvrière dans la seconde moitié du XXe siècle à la croisée de l’histoire sociale, culturelle et orale. Elle vient d’achever un travail de recherche sur les jeux de rencontre dans les milieux militants du Puy-de-Dôme des années 68 aux années 2000.

Amélie RABINE

Amélie Rabine est doctorante en histoire à l’Université Paris 8, au sein du laboratoire CIRCEFT (Centre Interdisciplinaire Culture, Education, Formation, Travail), sous la direction de Mathias Gardet (Paris 8) et la codirection de Florence Descamps (EPHE). Son sujet de thèse porte sur les trajectoires de jeunes filles placées en institutions de rééducation des années 1945 à 1975 à travers le prisme des témoignages oraux et écritures ordinaires. Elle coanime avec Antoine Rivière (Paris 8) un cours à Paris 8 sur l’histoire de l’éducation et de la rééducation des filles (XIXe-XXIe). Conférencière au sein du Centre d’exposition Enfants en Justice de Savigny-sur-Orge, dédié à l’histoire de la justice des mineurs, elle en coordonne également son portail web.

Eva RENZULLI

Historienne de l’art (Doctorat de IIIe cycle, Institut universitaire d’architecture de Venise, 2002), Enseignant-chercheur à l’université de Venise de 2003-2009 et aujourd’hui chargée de conférences à l’EPHE. Mes axes de recherche sont l’histoire de l’architecture et de l’art italiens (XVe et XVIe siècles), ainsi que l’historiographie de l’histoire de l’art de la Renaissance française et italienne de l’après-guerre. Mes dernières recherches, en cours de publication, portent notamment sur André Chastel et sa relation avec les historiens de l’art italien (L. de Fuccia, E. Renzulli, avant-propos S. Frommel et M. Hochmann, Chastel et l’Italie. Lettres choisies 1947-89, Rome, Campisano Editore, 2019).

Juliette RONSIN

Je suis doctorante en histoire à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC), à l’ENS depuis septembre 2018. Mes recherches croisent l’histoire des entreprises et l’histoire de l’immigration à travers l’étude des trajectoires d’ouvriers (post-) yougoslaves à Sochaux-Montbéliard de 1965 à nos jours. Titulaire d’un Master d’Histoire de l’Université Paris Diderot, j’ai réalisé un second Master en 2017-2018 dans la mention « Pratique de l’Interdisciplinarité dans les Sciences Sociales », à l’EHESS-ENS. Dans le cadre de mes recherches, je suis notamment intervenue dans le colloque international « L’émigration-immigration comme ‘fait social total’. Retours sur les travaux et la pensée d’Abdelmalek Sayad », organisé à l’EHESS les 26, 27 et 28 septembre 2018. Par ailleurs j’ai suivi les enseignements de trois années de licence de BCS (Bosniaque-Croate-Serbe) à l’Inalco, entre 2015 et 2018.

Karine SITCHARN

Karine Sitcharn est doctorante en histoire à l’ENS Paris. Elle est co-dirigée par l’historienne Ludivine Bantigny et la sociologue Florence Weber. Elle participe de manière expérimentale à un programme de recherche « ArchEthno » piloté par Florence Weber sur l’archivage numérique de sources orales et écrites. Elle est également membre du comité scientifique « la Route de l’engagé » en Guadeloupe.
Publications :
SITCHARN, Karine, « Enseigner le patrimoine par la pédagogie de projet », in
DUSSAUGE Matthieu (dir), La route de l’esclave, des itinéraires pour réconcilier
histoire et mémoire, Actes du colloque international, Guadeloupe (10-13 décembre
2014), Paris, L’Harmattan, 2016.
SITCHARN, Karine, « Génération d’Algérie : les Antilles et la jeunesse des années
50-60, parcours d’appelés, d’engagés volontaires et d’insoumis antillais », in Cahiers
des Anneaux de la Mémoire, n°18, 2018, pp.193-214.

Justine ZELLER

Justine Zeller est doctorante en histoire contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès (Framespa, UMR 5136), sous la direction de Sylvie Chaperon. Ses recherches consacrées aux relations entre mouvements féministe et ouvrier durant les années 1970 (« Le féminisme tendance “lutte des classes” à Toulouse dans les années 1970 », mémoire de Master 1 (2012) ; « Le développement de l’Union des femmes françaises en Haute-Garonne (1968-1980) », mémoire de Master 2 (2013)) l’ont amenée à travailler, dans le cadre de sa thèse, sur le développement du Mouvement de libération des femmes (MLF) en Midi-Pyrénées. Elle s’intéresse à l’histoire des mouvements de femmes locaux (toulousain et tarbais) et, plus largement, à la construction d’un espace de la cause des femmes régional. Lien vers le projet de thèse

Discutants invités

Raphaëlle BRANCHE (Professeure à l’Université de Rouen)

Marta CRAVERI (Chercheuse associée au CERCEC, EHESS)

Christian DELAGE (Directeur de l’IHTP, Professeur à l’université Paris 8)

Véronique GINOUVES (Responsable de la phonothèque de la MMSH)

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Elle dirige la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) et anime et participe à de nombreux réseaux nationaux ou internationaux et développe une expertise sur la formation à la collecte et à la mise en place de centre d’archives sonores et audiovisuelles. La Phonothèque a participé, par exemple, au programme européen coordonné par la British Library, Europeana Sounds (2014-2017), au programme UNESCO, TAHaP Tanzanian Archives Heritage Project – African Liberation Heritage Archives (2014-2017) et organisera en collaboration les 29 et 30 mai 2019 un colloque sur « Les nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, le film, le web ». Elle co-dirige avec Maryline Crivello (PU Historienne) le Pôle images, sons, pratiques du numérique à la MMSH et le parcours « Médiations de l’histoire et humanités numériques » au sein d’un Master sur métiers des archives et des bibliothèques à Aix-Marseille Université. L’actualité des travaux de la phonothèque est à découvrir sur les Carnets de la phonothèque.

Nicolas HATZFELD (Professeur à l’université d’Evry)

Nicolas Hatzfeld est professeur d’histoire contemporaine à l’université Evry Paris-Saclay et membre de l’IDHES. Il étudie le travail et les travailleurs au XXe siècle, sous différents aspects : usine, organisation industrielle, catégorisations du monde ouvrier, santé au travail, représentations filmiques du travail, mobilisations et engagements. Il s’intéresse au croisement des perspectives ethnographique et historienne d’approche du social, ou aux différentes modalités de l’expérience. 

Michel PIGENET (Professeur émérite de l’université Paris 1)

Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire à l’Université Paris 1 et chercheur au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, est spécialiste de l’histoire du travail, des milieux populaires, des mouvements sociaux et du syndicalisme. Praticien de l’histoire orale et historiens des mémoires des classes dominées, il a notamment étudié les conditions et enjeux de leur conservation et de leurs usages, questions abordées dans le n° numéro spécial de Sociétés & Représentations, « Rémanences des passés », codirigé avec D. Tartakowsky (octobre 2006) et dans l’ouvrage Mémoires du travail à Paris (2008). Plus récemment, il a codirigé, avec Nicolas Hatzfeld et Xavier Vigna, Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle (2016), avec Rossana Vaccaro, Les jours heureux. Dans les archives du Conseil national de la Résistance-Louis Saillant (2018) et avec Michel Dreyfus, La CGT en question(s) (2019).

Françoise THEBAUD (Professeur émérite de l’université d’Avignon)

Françoise Thébaud est professeure émérite d’histoire contemporaine de l’Université d’Avignon, chercheuse associée à l’Institut des Études Genre de l’Université de Genève,  membre de l’axe Genre du LabEx EHNE (« Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »). Elle a cofondé la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire qu’elle a codirigée jusqu’à fin 2018, ainsi que l’association Mnémosyne – pour le développement de l’histoire des femmes et du genre.  Parmi ses nombreuses publications, Quand les femmes témoignent. Histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes (Publisud, 2009, codirection avec Geneviève Dermenjian) et les deux dernières en date : Une traversée du siècle. Marguerite Thibert, femme engagée et fonctionnaire internationale (Belin, 2017, biographie « impersonnelle et collective » de Marguerite Thibert qui a vécu de 1886 à 1982) ; L’Europe, une chance pour les femmes ? Le genre de la construction européenne (Editions de la Sorbonne, 2019, codirection avec Anne-Laure Briatte et Eliane Gubin) 

Organisatrices

Carine LEMOUNEAU BAJAAR

Docteure en Histoire de l’art à Paris I Panthéon-Sorbonne, Carine Lemouneau vient d’achever une thèse sur les valeurs et significations des peintures murales populaires à Santiago du Chili de 1970 à1989, soit durant la période de l’Unité Populaire de Salvador Allende (1970-1973) et durant la dictaturedu général Pinochet (1973-1989). Son terrain l’a amenée à recueillir les témoignages d’anciens muralistes, mais aussi à interroger les habitants d’un quartier célèbre de Santiago – La Victoria – où persiste une pratique muraliste bien vivante. Ces précieux témoignages lui ont ainsi permis de préciser l’implication des acteurs dans l’élaboration des œuvres, le rôle joué par les artistes de notoriété internationale de l’époque, et de comprendre les processus de restauration ou de démultiplication de certaines œuvres. Ce travail lui a permis de mieux comprendre le choix des lieux d’exécution, rendre compte des innovations plastiques et de l’influence tardive du graffiti new-yorkais. Elle enseigne l’histoire des pratiques artistiques à l’Ecole Supérieure des Arts Visuels de Marrakech. 

Ariane MAK

Docteure en histoire de l’EHESS et membre rattachée au CRH, Ariane Mak a consacré sa thèse aux grèves de mineurs dans le Royaume-Uni de la Seconde Guerre mondiale. À la revisite d’enquêtes ethnographiques réalisées par le Mass Observation dans les années 1940, sa recherche associe une enquête orale comprenant une quarantaine d’entretiens avec des mineurs, des femmes et enfants de mineurs. En parallèle de sa recherche doctorale, elle a ouvert un chantier de recherche sur l’histoire de l’histoire orale en France et en Grande-Bretagne ; elle travaille notamment sur l’enquête pionnière d’oral history menée par Raphael Samuel et ses étudiants à Headington Quarry, en collaboration avec Stéphane Baciocchi (EHESS, CRH).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search