Résumés des communications

Jeudi 11 avril


Conférence plénière

« Une histoire orale à la française ? » – Conférence plénière donnée par Florence Descamps (EPHE)

1980, première publication du CREHOP sous la direction d’une équipe d’historiens, d’anthropologues et d’ethnolinguistes d’Aix en Provence (Bouvier, Brémondy, Joutard, Mathieu, Pelen) et première publication du rapport de D. Schnapper et D. Hanet sur les archives orales de la Sécurité sociale. Deux publications qui vont marquer durablement l’acclimatation de l’histoire orale et des témoignages oraux en France. Quarante ans après ces manifestes fondateurs, où en sommes-nous ? Le tournant programmatique de 1980 a-t-il tenu ses promesses ?  A « l’invisibilité » souvent déplorée de l’histoire orale française, nous nous proposons d’opposer un concept alternatif, celui d’ « une histoire orale à la française » que nous tenterons de caractériser.  


Panel 1. Collecter, analyser, diffuser les archives orales. Le récit biographique en histoire et en histoire de l’art

« Les archives orales autour de l’historien de l’art André Chastel (1912-1990) », Eva Renzulli (EPHE)
La communication présente les archives orales consacrées à André Chastel réalisées, entre 2014 et 2017, sous le patronage du Comité d’Histoire du Ministère de la Culture et de l’École Nationale des Chartes. Elles comprennent vingt-deux entretiens (semi-directifs) avec des historiens de l’art et des hauts fonctionnaires qui ont travaillé avec Chastel. Des colloques et une exposition de documents d’archives ont célébré, en 2012, le centenaire de sa naissance et ont mis en évidence sa contribution essentielle au renouveau de l’histoire de l’art en France à partir des années 1950, identifiant les différents rôles que Chastel a eus vis-à-vis des institutions universitaires, de la politique culturelle et de la conservation du patrimoine français. Ces entretiens oraux reprennent ces axes de réflexion pour contribuer à parfaire ce portrait selon une perspective différente et plus nuancée que ne le permet l’exploitation des seuls documents écrits.

« André Chastel, un grand bâtisseur (1950-1990). À la lumière des archives orales et des archives écrites. Enjeux de la restitution au public », Dominique Hervier (Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication
La communication présente le projet de restitution du corpus d’archives orales sur André Chastel et son entourage constitué de 2014 à 2017 par Eva Renzulli. Les témoignages sont utilisés pour tracer le portrait d’un bâtisseur, rénovateur de l’histoire de l’art en France entre 1950 et 1990, dans les domaines du journalisme, de l’université, du ministère de la culture et de l’international.
Des recherches complémentaires permettent d’analyser les propos des témoins dans toutes leurs dimensions mémorielles affectives et intellectuelles ; des archives sonores plus anciennes (collection du Comité d’histoire du ministère de la culture, de l’INA), des fonds d’archives jusqu’ici inexploités (Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, Archives du Centre André Chastel, de la BIHNA, d’associations) fournissent un enrichissement factuel à l’analyse fine des propos des 22 témoins.
La présentation  de deux cas – Les rapports de Chastel avec Malraux, Chastel et le CNRS – aborde le difficile et délicat  registre de l’analyse des entretiens en y traquant silences,  non-dits, défaillances volontaires ou subies de la mémoire.

« « Pierre Werner and Europe » : Un nouveau narratif de l’intégration européenne au défi des sources orales – documentaire audiovisuel, podcast radio », Elena Danescu et François Klein (Université du Luxembourg)
« Pierre Werner and Europe » est un projet de recherche interdisciplinaire consacré à l’œuvre européenne de Pierre Werner – Premier Ministre, ministre des Affaires étrangères et ministre des Finances du Luxembourg pendant de longues décennies, unanimement reconnu comme architecte de l’Union économique et monétaire (UEM) Basé sur l’exploitation des archives familiales Werner ouvertes pour la première fois à la recherche et sur d’autres fonds pertinents, le projet contient un volet d’histoire orale comprenant un grand nombre d’interviews inédites (plus de 55 heures)
Notre communication sera articulée autour de deux déclinaisons pratiques de ce travail de recherche et en décrira les objectifs, la méthodologie et les résultats. D’un côté, un documentaire biographique audiovisuel (de 20 min.) décrivant la personnalité  de l’homme d’Etat et expliquant son rôle  dans la conception de l’UEM telle qu’esquissée par le Rapport Werner. De l’autre, une série de 7 podcasts d’une durée moyenne de 15 minutes retraçant l’évolution du Grand-Duché de Luxembourg au cours du vingtième siècle avec la vie de Pierre Werner (1913-1999) comme fil rouge

« Etudier les architectes français des années 1970 et 1980 : l’enquête orale au croisement des sources », Nicole Cappellari (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Université Iuav de Venise).
Pour l’écriture de l’histoire de l’architecture du « temps présent », où la majorité des protagonistes est toujours vivante, où une bonne partie des archives est encore privée et pour laquelle la bibliographie est encore réduite, l’enquête orale est une source essentielle. Les expositions et les recherches en histoire de l’architecture de ces dernières années montrent bien comment la source orale enrichit et/ou constitue la réflexion. Dans le cadre de notre thèse portant sur les architectes qui se sont particulièrement intéressés à la ville entre écriture de l’histoire et projet dans les années 1970 et 1980, nous réalisons une campagne d’entretiens avec quatre catégories d’acteurs (les « architectes-protagonistes », leurs élèves et collaborateurs, les membres d’autres disciplines qui se sont intéressés aux mêmes thèmes et certains membres des institutions). Notre intervention présentera un focus sur des entretiens réalisés auprès de deux architectes, montrant la méthode utilisée et la double valeur que ces sources acquièrent dans notre travail de recherche : une valeur instrumentale et une valeur en soi


PANEL 2. Dirigeants et experts politiques et scientifiques : pratiques d’entretien et analyse secondaire de sources orales.

« Les corps d’élites comme objet de recherche en histoire orale : usages, enjeux épistémiques et pratiques historiennes de l’entretien », Anne de Floris et Maxime Launay (Sorbonne Université).
À partir de deux corpus, chacun composé d’une trentaine d’entretiens, cette communication se propose d’explorer la variété des pratiques qu’appelle la réalisation d’enquêtes orales auprès d’une population spécifique, identifiée, par l’historien comme par ses propres membres, à un corps d’élites. La singularité de ce corpus, fondée sur le registre de l’expertise et de l’excellence et sur ses stratégies d’influence et de management de carrière face aux décideurs politiques et administratifs, amène en effet l’historien à réévaluer la pertinence de ses dispositifs d’enquête pour asseoir la légitimité de sa démarche, désamorcer les pratiques défiantes et les filtres communicationnels et déjouer l’asymétrie d’informations et de positions sociales.
Chemin faisant, faire une histoire du temps présent des corps d’élites invite à réfléchir à l’articulation des différentes sources mobilisées et à la méthodologie de la démarche historienne, en soulignant que cette dernière est une pratique sociale tout autant que scientifique.

« L’entretien en histoire contemporaine des sciences et de la médecine : Récits biographiques de chercheurs pionniers, histoire des pratiques et questions éthiques de l’expérience médicale », Ramona A. Braun.

« Faire l’histoire politique à partir d’entretiens. Le cas du Parti démocrate-chrétien (PDC) chilien », Elodie Giraudier (Université de Bourgogne)
En constituant 129 entretiens semi-directifs entre novembre 2005 et octobre 2014, j’ai souhaité renouveler l’étude d’une formation politique chilienne, le Parti démocrate-chrétien (PDC). Ces interviews avec des démocrates-chrétiens de différentes tendances internes, milieux sociaux et classes d’âge ont permis de connaître leur trajectoire et leur regard sur l’histoire du PDC et du Chili. Le traitement des sources orales a soulevé diverses questions : Comment conserver un regard critique sur les intervenants ? Comment interpréter les discordances entre les archives écrites et les sources orales ? À partir de la diversité des trajectoires individuelles, la difficulté était de définir des critères communs pour construire une biographie collective des dirigeants du PDC. Enfin, la conservation et la dissémination de ce corpus d’entretiens peuvent impliquer une publication ou une mise en ligne, ce qui pose des problèmes d’ordre éthique et juridique. Ce travail ne pourrait se faire qu’en concertation avec le PDC et ses militants qui m’ont accordé leur temps et leur confiance. L’analyse secondaire des sources orales. L’exemple de l’enquête sur la décision réalisée par le SHE (1991-2014).

« L’analyse secondaire des sources orales. L’exemple de l’enquête sur la décision réalisée par le SHE (1991-2014) », Bénédicte Girault (Université de Versailles Saint-Quentin).
À l’âge des grands programmes de collectes engagés depuis la fin des années 1980, succède un nouvel âge, celui de l’exploitation de ces archives provoquées par les chercheurs qui ne les ont pas produites. Cette communication entend aborder la double question de l’analyse secondaire et des enjeux mémoriels à partir des résultats d’un travail de thèse consacré à l’exploitation d’un corpus d’archives orales collectées par le Service d’histoire de l’éducation (SHE). L’enquête est ici abordée comme un objet d’histoire, et le matériau archivé un terrain d’expérimentation sur le traitement de ces archives orales pour elles-mêmes, et non pas seulement pour éclairer ou compléter les sources écrites dans la perspective d’une problématique importée de l’extérieur. De cette expérimentation, deux outils mobilisés seront soumis à la discussion : celui de régime de mémorialité et celui d’identité narrative.


Panel 3. Les défis de l’enquête orale

« Être historienne et faire du « terrain » en Inde… Dans les méandres de l’oralité », Alexandra de Heering (Université de Namur).
Dans le cadre de mes recherches en Inde, j’ai travaillé sur « l’histoire dalit », c’est-à-dire l’histoire de ceux – les intouchables – qui se situent au plus bas du système des castes et qui continuent, malgré les transformations sociales, légales et politiques, à être victimes de nombreux traitements discriminatoires. J’ai opté pour l’histoire orale comme méthode de recherche afin de travailler sur le passé de Dalits que l’on pourrait qualifier d’« ordinaires » comme ce sont eux dont les expériences, qui n’ont rien d’exceptionnel, sont les plus représentatives. Et de me retrouver alors à « faire du terrain » en Inde.
A l’aide d’exemples tirés de mon expérience de terrain d’histoire orale au Tamil Nadu, je parlerai de certains des enjeux mais aussi de certaines des difficultés rencontrées. Face à la diversité des témoins et aux témoignages mêlant allègrement légendes, expériences vécues, oublis et silences, je présenterai la stratégie méthodologique mise en œuvre, et les sources alternatives interrogées afin de parvenir à ordonner et assembler ces récits en un récit historique à proprement parler. J’évoquerai aussi la manière dont le recours aux témoignages oraux m’a naturellement amenée à aborder la question des dynamiques mémorielles et des implications de l’évocation du passé dans ces communautés.

« Les archives orales de la Compagnie Française des Pétroles Algérie : de la fabrique à l’exploitation des sources pour l’histoire sociale de l’énergie », Radouan Andrea Mounecif (Sorbonne Université)
Les fonds historiques conservés dans les archives d’entreprise sont le résultat de choix de conservation et destruction déterminés, d’une part, par le respect des normes de l’archivistique et, d’autre part, par la « sensibilité historiographique » de l’archiviste opérant dans un contexte donné. Dans ce sens, la multiplication des approches d’analyse adoptées par les historiens et la volonté des entreprises de conserver la mémoire de leurs collaborateurs contribuent à introduire la culture de l’oralité au sein des archives. Autrefois perçus comme « archives forgées » et opposées aux « archives conventionnelles », les archives orales défient aujourd’hui ces principes de légitimité épistémologique pour se présenter comme de nouveaux matériaux au service des chercheurs. Les archives orales constituent une source primaire pour l’histoire de l’entreprise et l’histoire du travail puisque ils permettent à la fois de combler les trous présents dans les archives d’entreprise, de raconter l’invisible quotidien des individus et d’apporter des informations sur leur place au sein des organisations. Le projet « Archives orales de la Compagnie Française des Pétroles Algérie: une entreprise de mémoire (s) », conçu dans le cadre d’une thèse CIFRE portant sur l’histoire sociale de l’industrie du pétrole, a permis de collecter entre 2017 et 2018 les témoignages d’anciens membres du personnel de cette filiale de la Compagnie Française des Pétroles. Réalisé au sein des Archives Historiques de Total, le projet a permis de compléter les archive écrites avec les témoignages oraux de personnes qui ont travaillé dans l’industrie du pétrole au Sahara entre 1953 et 1990. Les entretiens conduits avec la méthode du récit de carrière ont permis d’aborder différents thèmes liés aux trajectoires professionnelles et aux parcours de formation, mais également d’étudier la naissance des métiers du pétrole, les évolutions technologiques et les conditions de vie et de travail dans l’industrie saharienne. Les témoignages d’ingénieurs et d’anciens agents constituent des sources fondamentales pour comprendre le rôle des individus dans la création des premières entreprises françaises dans le secteur de l’exploration-production. Au même titre, les sources orales permettent d’interroger la place des premiers pétroliers dans le « pétro-imaginaire[» de la société française durant les Trente Glorieuses et la manière dont ceux-ci ont contribué à construire « l’épopée du pétrole français » et à façonner notre relation quotidienne avec les énergies fossiles. Réalisé dans le cadre d’une recherche historique, le projet a permis de conjuguer la méthode sociologique de l’enquête orale avec l’expertise archivistique dans le domaine de la collecte, la pérennisation, l’indexation et la valorisation des archives audiovisuelles. L’objectif de cette communication est de présenter les aspects méthodologiques de mon projet de collecte d’archives orales et d’analyser la relation dialogique entre sources écrites et sources orales dans le développement des études en histoire sociale et culturelle de l’énergie.

« La collecte d’archives orales peut-elle être instrumentalisée par les témoins ? Exemple des familles déplacées par les grands barrages en France », Armelle Faure.  
Cette présentation compare deux collectes d’archives orales, sur les villages engloutis en France au XX° siècle avec les familles déplacées, afin d’identifier si les témoins ont cherché à instrumentaliser la collecte, comment et pourquoi.
La première collecte des « 100 témoignages de la vallée de la Dordogne et ses grands barrages», a été menée entre 2011 et 2016, avec les Archives de la Corrèze et du Cantal et l’appui d’EDF. L’autre collecte, en 2018, sur le dernier chef-lieu de commune englouti de France.  Naussac, en Margeride Lozérienne, a été détruit et submergé en 1980 pour assurer le refroidissement des centrales nucléaires de la Loire. Dans les deux cas, le déplacement était obligatoire, on a « arraché » les familles paysannes à leurs racines, malgré les formes de résistances organisées. Plus de trente ans après, les éleveurs-agriculteurs de Naussac ont été menacés d’une nouvelle expropriation. Ils ont lutté et obtenu gain de cause en 2013, avec la crainte d’un succès seulement provisoire.
Le diagnostic attentif, mené sur place avant la collecte, engage à bien séquencer les questions, à éprouver les méthodes, et à choisir la façon de mener les entretiens.

« Collecter des archives orales en Algérie en 2018 : paroles et discours sur le mouvement d’octobre 1988 », Narjis Laoufi (Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
Le mouvement d’Octobre 1988 constitue un tournant dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Pourtant, malgré de rares recherches scientifiques et enquêtes journalistiques, en dépit des commémorations annuelles de certains militants, trente ans plus tard, cette histoire reste en chantier. L’impossibilité d’accéder aux Archives nationales algériennes de l’événement, combinée à « l’injonction de l’oubli » de la violence qui s’est répandue depuis les années 1990, rendent les événements inaccessibles par des sources textuelles officielles autres que la presse. Pour pallier à cette situation, l’auteure de la communication a réalisé une campagne de collecte d’entretiens menée en Algérie, d’octobre à décembre 2018, constituant une base de travail pour l’analyse du mouvement d’octobre 1988 et de sa mémoire dans l’Algérie contemporaine. La communication sera l’occasion de mettre en avant les apports des sources orales dans la compréhension des dynamiques du mouvement ainsi que la mémoire d’Octobre 1988.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/04/2019

    […] moment où se termine un colloque d’histoire orale qui aura rassemblé une centaine de personnes sur le thème « Pratiques contemporaines de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search