Résumés des communications

Vendredi 12 avril


Conférence plénière

« Comment on découvre, il y a un demi-siècle, l’intérêt de l’histoire orale », Conférence plénière donnée par Philippe Joutard (Université Aix-Marseille).

Ce titre, peu académique, résume bien le contenu de cette conférence. Il s’agit de montrer comment un travail de recherche sur l’historiographie de la guerre des Camisards (guérilla menée par des protestants cévenols contre Louis XIV au début du XVIIIe siècle) a été bouleversé par une enquête sur la tradition orale de ce conflit à une époque où ce type de pratique était complètement inconnue des historiens, au moins en France. L’intervention mettra en valeur tout ce que cette découverte de l’histoire orale  a apporté pour le sujet de recherche lui-même, mais au-delà, sur le renouvellement du travail historique grâce à la prise en compte des mémoires.


Panel 4. Histoire orale des mondes ouvriers

“Une enquête orale des années 1970 (une ville industrielle au début du XXe siècle)”, Rémy Cazals (Université de Toulouse –Jean Jaurès).
Engageant une thèse sur le mouvement ouvrier à Mazamet avant 1914, il me semblait urgent et nécessaire d’enregistrer la parole de témoins encore vivants. Cette enquête a apporté des informations précieuses dans plusieurs domaines ; seules les sources orales pouvaient les fournir. Ce sont des souvenirs concrets et chargés de nuances sur des épisodes de la longue grève de 1909. Sur le travail, les horaires, les trajets, l’âge d’entrée en usine, les conditions de vie, la complexe pluriactivité agricole et industrielle au sein des familles. Sur les contradictions entre conceptions politiques conservatrices bien ancrées et lutte des classes, sur l’évolution des sentiments par rapport à Jaurès. La méthode a consisté à rechercher la complémentarité entre les sources : par exemple une carte postale conduisant à un témoin, et celui-ci à la découverte au fond d’un placard de la Bourse du travail des drapeaux syndicaux des années 1894-1910. La complémentarité s’accompagnait de confrontations, y compris entre les témoins : un mari et sa femme ; une mère et sa fille ; trois sœurs de famille gréviste envoyées en exode à Toulouse ; un patron et son ouvrier ; un groupe comprenant une femme dont les fausses affirmations devenaient un témoignage intéressant sur les représentations de l’événement, etc.

“Une histoire orale des ouvriers (post-) yougoslaves à Sochaux-Montbéliard”, Juliette Ronsin (ENS).
Doctorante en histoire, je prépare une thèse intitulée « Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours », sous la direction de Claire Zalc. L’immigration yougoslave en France a été peu abordée dans l’historiographie. Si les Yougoslaves émigraient davantage vers des pays comme l’Allemagne ou l’Autriche, leur présence pouvait être importante au niveau de certains bassins d’emploi français. Le 25 janvier 1965, un traité bilatéral fut signé entre la France et la Yougoslavie concernant l’emploi de la main d’œuvre temporaire. Dans ce contexte, l’entreprise Peugeot recruta de nombreux ouvriers yougoslaves dans les usines de Sochaux. Je m’interroge ainsi sur les politiques de recrutement de l’entreprise Peugeot, tout en retraçant des trajectoires individuelles et collectives des ouvriers (post-) yougoslaves. Pour ce faire, mes recherches reposent sur la consultation de documents d’archives de l’entreprise Peugeot, mais aussi sur la constitution d’archives orales. Afin de retracer des trajectoires individuelles qui sont peu visibles dans les archives écrites, je recueille des témoignages d’anciens ouvriers (post-) yougoslaves. Se pose alors la question de savoir, entre autres, comment réaliser ces entretiens et comment les articuler avec les sources écrites.

“Les traces d’une grève. La mobilisation des ouvriers et ouvrières du Sentier dans les archives et les mémoires”, Camille Fauroux (EHESS).
La communication a pour titre « Les traces d’une grève. La mobilisation des ouvriers et ouvrières du Sentier dans les archives et les mémoires ».  Elle part d’une grève d’ouvriers turcs et kurdes du textile dans le quartier du Sentier en 1980-1981. Il s’agit d’une mobilisation victorieuse d’ouvriers en lutte pour leur régularisation, soutenue par des syndicalistes de la CFDT et animée par des militants d’extrême-gauche turcs en exil.  La communication interroge la distance entre les traces de la grève du Sentier conservées dans les archives syndicales et la façon dont les anciens militants de Turquie qui l’ont organisée et vécue s’en rappellent aujourd’hui. Plus particulièrement, elle part des allers-retours de l’enquête entre les archives de l’Union départementale de la CFDT et des entretiens d’histoire orale menés dans le cadre de cette recherche.  Elle interroge les écarts et les échos qui se créent dans ce mouvement de l’enquête pour comprendre ce qu’une méthode qui se base sur ces deux types de sources peut saisir du passé et de la façon dont il est rappelé aujourd’hui.

“Appréhender l’histoire culturelle des bassins miniers britanniques par le biais de l’histoire orale : le cas des musiciens de brass bands (1945-1984)”, Marion Henry (Sciences Po et University of Strathclyde).
Les brass bands constituent un objet particulièrement pertinent pour étudier l’évolution des cultures ouvrières face au processus de désindustrialisation et à l’influence croissante de la culture de masse en Grande-Bretagne depuis 1945. Si le dialogue entre histoire sociale et popular music studies émerge seulement, en raison notamment du caractère épars des archives liées à la musique, les sources orales constituent un matériau précieux. Centrer le regard sur des récits personnels permet de reconstituer des trajectoires individuelles difficilement visibles ailleurs et de questionner la frontière entre la musique des brass bands et les genres musicaux liés à la culture populaire importée des États-Unis. La méthodologie orale permet aussi d’écrire une histoire d’avantage quotidienne des sociabilités liées au travail, interrogeant notamment le concept de masculinité ouvrière. S’appuyant sur 20 entretiens réalisés avec 23 musicien(ne)s liés à l’industrie minière britannique, cette présentation tâchera d’apporter un regard critique sur l’exploitation des sources orales, mettant en avant les coulisses de l’enquête. 

“Enjeux épistémologiques de la collecte d’une mémoire ouvrière en milieu rural. Approches croisées entre histoire orale et anthropologie filmique”, Caroline Lardy et Nathalie Ponsard (CHEC, MSH Clermont-Ferrand).
Pour comprendre la manière dont le passage de la terre à l’usine de métallurgie s’est effectué et appréhender l’expérience sensitive de cette mobilité professionnelle, nous avons recueilli les témoignages de travailleurs se situant à la croisée du monde rural et du monde usinier, dans un territoire – les Combrailles (Puy-de-Dôme) – où une partie notable des emplois relèvent aujourd’hui de l’entreprise « Aubert & Duval » (métallurgie). Cette communication vise à expliciter notre expérience de terrain fondée sur les apports conjugués de l’histoire orale et de l’anthropologie filmique ; à présenter les enjeux de la plateforme numérique interactive appelée MetalloCorpus, qui permet l’accès à un ensemble de données (images fixes, en mouvement, notices, cartes et textes explicatifs, documents sonores) à la fois pour les acteurs du territoire et pour tout usager à la recherche de données afférentes à la mémoire du travail en milieu rural et industriel ; à proposer une réflexion sur les atouts d’une co-construction avec les acteurs (l’apport de données et l’infléchissement des problématiques initiales).


Panel 5. Mouvements sociaux, militantisme et dynamiques mémorielles

“Recueillir par l’entretien les mémoires militantes des années 1980 et 1990. Falsification, plaidoyer et constitution d’archives”, Caroline Izambert (EHESS).

“Remue-mémoires : des cercles concentriques des mémoires collectives étudiantes aux cercles vertueux des restitutions/valorisations comme extension du domaine de la collecte”, Jean-Philippe Legois (Université d’Angers).
A partir d’une nouvelle campagne de collecte de témoignages oraux auprès d’ancien.nes militant.es étudiant.es des années 19681, menée avec la Cité des mémoires étudiantes et dans le cadre d’une recherche doctorale en archivistique, nous voudrions exposer, critiquer, voire co-inventer, différents modes de restitution / valorisation que nous avons nommé « remue-mémoires »2. Nous voudrions notamment montrer en quoi ces « remue-mémoires » peuvent représenter des cercles vertueux dans l’extension du domaine de la collecte d’archives orales.

“Cinq expériences d’histoire orale en Normandie entre 2000 et 2015”, John Barzman (Université du Havre).

“Mémoires de barrios à l’heure bolivarienne (2007-2013) dans les quartiers populaires de Caracas”, Serge Ollivier (Paris 1 Panthéon-Sorbonne).



PANEL 6. Mémoires de la guerre, Mémoires combattantes

“Confronter les récits des sources administratives à ceux des instituteurs et de leurs élèves pour appréhender le quotidien scolaire sous Vichy”, Juliette Fontaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
En France, le régime autoritaire de Vichy impose aux instituteurs républicains (marqués à gauche et construits autour de valeurs humanistes communes) de mettre en oeuvre, au sein des écoles primaires, une politique propagandiste ayant pour but de glorifier le nouveau chef de l’Etat – le Maréchal Pétain – ainsi que les nouvelles valeurs du régime – telles que la discipline, l’ordre, l’autorité. Dans les classes, des chants patriotiques doivent être chantés, le portait du Maréchal doit être affiché et ses discours doivent être diffusés. Si selon les sources administratives, les enseignants obéissent au régime et appliquent cette politique de propagande, nous verrons que les entretiens réalisés avec des instituteurs et des personnes ayant été élèves sous l’Occupation permettent de saisir une réalité scolaire différente et témoignent de stratégies de contournement et de résistance mises en œuvre par les instituteurs. Les comportements adoptés par les enseignants s’expliquent par les cadres sociaux dans lesquels ils évoluent et dont l’analyse combinée des sources administratives et des entretiens permet de rendre compte.

“Mémoires de Résistances : de la collecte à l’archive sonore”, Nicolas Cournil (Archives départementales de la Dordogne).
De 2009 à 2011 les Archives départementales de la Dordogne ont collecté des témoignages oraux sur la Seconde Guerre mondiale lors d’une enquête qui répondait à la demande d’associations d’anciens combattants, et qui visait à constituer un corpus avant la disparition des témoins.
L’enquête rencontrait deux contraintes : collecter rapidement des récits qui constituent des sources historiques et s’écarter des discours formatés par la mythologie résistante et l’exercice récurrent du témoignage. La collecte devait donc être fondée sur un projet scientifique, lequel permettait de répondre à l’exigence mémorielle exprimée par les anciens résistants et la société civile, mais aussi à l’exigence historique du public des Archives départementales.
La méthode du recueil du récit de vie a été choisie afin de restituer l’expérience vécue, de s’adapter à un contexte historique sensible et d’assurer le passage d’une mémoire privée vers une mémoire publique.
Le corpus, traité comme archive, a été valorisé avec le site internet Mémoires de Résistances qui met à disposition des témoignages, mais aussi des documents d’archives et le point de vue d’une artiste photographe.

“Constituer un fonds d’archives orales sur la jeunesse antillaise face à la guerre d’Algérie”, Karine Sitcharn (ENS).
Avoir pour objet d’étude, une génération d’Antillais face à la guerre d’Algérie (1954-1974), invite le chercheur à s’intéresser à la source orale à travers les récits d’une jeunesse plurielle : appelés, engagés, jeunes femmes, militants indépendantistes. L’analyse de la source orale est indispensable pour reconstituer l’histoire du temps présent des sociétés post-esclavagistes. Le recours à la seule source écrite peut en effet conduire à faire une histoire mythique de la jeunesse en focalisant le regard sur une avant-garde intellectuelle omniprésente dans les sources écrites.
Notre recherche qui se veut pluridisciplinaire est un travail expérimental autour de l’archivage numérique de la source orale. Le logiciel ArchEthno permet en effet d’archiver du son, les retranscriptions écrites des entretiens oraux, d’archiver la source écrite et de l’articuler à la source orale. Il ouvre à tout chercheur l’accès au contexte de la recherche et constitue ainsi une véritable source critique.

“Les archives orales au cœur de la collecte, l’archivage et la valorisation de l’expérience combattante des XXe et XXIe siècles”, Christophe Lafaye (Université de Rouen, IRSEM).

XXIe siècle posent les questions fondamentales de la préservation de la mémoire opérationnelle, de l’expérience combattante des soldats et de l’expérience de guerre des individus présents sur les théâtres d’opérations dans leur diversité (combattants, civils, humanitaires etc.). Nos travaux de recherche s’intéressent tout d’abord à l’expérience vécue par les soldats. Quelles traces exploitables par l’historien demeureront à l’ère du tout numérique pour décrire les campagnes contemporaines ou documenter leur vécu ? Cette communication présente la construction d’une méthode transdisciplinaire de collecte des matériaux de recherche adaptée aux contraintes du monde la défense, au travers de la réalisation d’un doctorat en histoire et d’une expérimentation menée au Service Historique de la Défense (SHD) en France.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/04/2019

    […] moment où se termine un colloque d’histoire orale qui aura rassemblé une centaine de personnes sur le thème « Pratiques contemporaines de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search