Résumés des communications

Samedi 13 avril


Panel 7. Se faire entendre. Histoire des femmes, histoire des féministes.

“Mémoires de « déviantes » : sur les traces des silencieuses de l’histoire”, Amélie Rabine (Paris 8).
La prise en charge des jeunes filles dites « déviantes » est déléguée, du milieu du XIXe siècle aux années 1970, aux congrégations religieuses. Délinquantes, vagabondes, prostituées, filles-mères ou rebelles sont placées dans des institutions majoritairement tenues par des congrégations religieuses féminines et cloîtrées. Ces filles sont enfermées avant tout pour leur écart à la norme, qu’elles soient coupables de délit et condamnées, acquittées mais placées, envisagées comme en danger et/ou pouvant en susciter. Elles sont aussi souvent enfermées au titre de la protection de l’enfance car moralement abandonnées ou maltraitées physiquement.
Notre projet de recherche se proposant d’aborder une histoire de ces filles de justice à travers le prisme des témoignages oraux et écritures ordinaires, nous reviendrons sur les conditions méthodologiques et pratiques de cette approche.

“L’emploi des sources orales pour la restitution de l’histoire et la préservation de la mémoire des féminismes et féministes de la « deuxième vague » en région : l’exemple de Toulouse”, Justine Zeller (Université Toulouse-Jean Jaurès).
Plusieurs journées d’étude et ouvrages témoignent aujourd’hui de l’importance et de l’emploi spécifique des sources orales en histoire des femmes et du genre. Les recherches portant sur l’histoire de la « deuxième vague » féministe en région ne font pas exception. Ma thèse d’histoire consacrée au développement du MLF et d’un « espace de la cause des femmes » en région Midi-Pyrénées (1970-1986) – notamment sur la ville de Toulouse – révèle l’importance des sources écrites puisées dans le domaine du privé et surtout des entretiens oraux. Une quarantaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des militant.es des mouvements de femmes, partis ou syndicats de gauche locaux.
Durant cette communication, il s’agit de revenir sur l’élaboration du corpus de sources orales, sur les stratégies mises en place pour appeler les militant.es à témoigner – des stratégies prenant parfois la forme de « compromis » (anonymisation, relecture et/ou demande de modification de l’entretien, etc.) -, et de s’interroger sur la préservation des enregistrements audio, puisqu’ils font rarement l’objet d’une conservation systématique. Enfin, l’utilisation des entretiens dans le cadre de la thèse sera aussi questionnée. Bien que les enquêtes orales suscitent parfois – chez les historien.nes comme chez les actrices – des réticences ou critiques et s’ils peuvent contenir certaines « limites », nous verrons en quoi elles sont essentielles à la restitution de l’histoire et la préservation de la mémoire des féminismes et féministes de la « deuxième vague » aux échelles locales, notamment toulousaine.

“HERstory : plateforme de paroles féministes”, Julie Crenn et Pascal Lièvre.
HERstory – Des paroles féministes est un projet de recherche, de rencontres et d’expositions visant à fabriquer et à rendre visibles des archives vivantes et féministes d’artistes et d’activistes cisgenres, transgenres et intersexes du monde entier. Nous travaillons à l’activation d’une plateforme de diffusion de paroles féministes. HERstory génère des réflexions et des interrogations intersectionnelles qui croisent les privilèges et les oppressions du.e.s au genre, au sexe, à la race, à la classe, à l’âge ou encore au handicap, ainsi qu’aux problématiques liées aux discriminations, violences, invisibilités et inégalités. HERstory a commencé à la maison des arts de Malakoff en 2017, s’est poursuivi au Cube – Independent art room à Rabat en 2018. Cette année nous le présentons au MACVAL, à Synesthésie MMAINTENANT et au FRAC Réunion. Au départ nous nous sommes concentré.e.s sur la scène artistique française avec le désir de rendre accessibles les paroles, aussi différentes soient-elles, des artistes sur des questions auxquelles ils.elles sont trop rarement intérrogé.e.s. D’autres personnes parlent trop souvent à leur place. A partir de l’étape marocaine, HERstory a pris une autre dimension. Les invitations des structures culturelles et les initiatives personnelles nous ont amené.e.s à redéfinir notre objet de recherche. A ce stade, dans une volonté de ne pas figer sa forme, nous transformons HERstory selon les contextes où nous agissons.


Panel 8. La parole des témoins dans les expositions, les documentaires et les salles de classe

“De l’appel à témoignages à l’exposition sonore « Voix cheminotes » : une expérience pionnière”, Cécile Hochard (Rails & Histoire).
En 2012-2013, Rails & histoire a recueilli plus de 200 témoignages de cheminots ayant vécu et travaillé pendant la Deuxième Guerre mondiale. Au terme de cette collecte, constituée de 400 heures d’entretiens audios et de centaines de documents, les questions de restitution aux témoins et de valorisation de ce fonds d’archives orales se sont posées. Un projet d’exposition sonore a été élaboré. Le résultat, « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 », a été présenté aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) du 8 avril au 4 juillet 2015.
Cette communication va revenir tout d’abord sur les pratiques d’entretiens menés, pour une majorité d’entre eux, avec des personnes des 3e et 4e âges, enregistrées à leur domicile ; sur le traitement de ces enregistrements, les réflexions méthodologiques, éthiques, etc. qui ont eu lieu tant au moment de la phase de recueil des témoignages que de leur mise en ligne. Elle présentera ensuite la phase d’élaboration et de réalisation de l’exposition, le travail mené avec les différents prestataires (scénographes, plasticiens sonores), les liens entre documents sonores et documents iconographiques. Il s’agit de proposer en somme, une « étude de cas » qui retrace un projet, combinant histoire orale d’un groupe socio-professionnel dans une période très particulière, enjeux de mémoire individuelle et collective et usages du témoignage

“De la collecte d’archives orales à la diffusion « grand public »”, Frédéric Garan et Pierre-Eric Fageol (Université de la Réunion).
Nous nous appuierons sur deux travaux d’histoire orale :
– Les anciens combattants « indigènes » de l’armée française : Maroc ; Sénégal ; Niger ; Madagascar (Enquêtes, réalisées entre 1998 et 2002).
– Les élèves de l’Ecole Normale de La Réunion entre 1958 et 1970 (Travail commencé en 2018). Ce travail s’insère dans une action plus vaste sur la jeunesse à La Réunion dans les années 1960.
Ces deux travaux qui s’inscrivent dans le cadre des recherches postcoloniales, ont pour point commun la pratique d’entretiens auprès de personnes âgées, voire très âgées, qui sont sollicitées sur des souvenirs de jeunesse.
Ils ont également un point commun technique sur lequel nous insisterons :
– S’il s’agit de constituer dans un premier temps, une banque d’archives utilisables pour les chercheurs, pour des publications scientifiques académiques ;
– il y a parallèlement un deuxième objectif qui est la réalisation de films « grands publics », véritable « mise en intrigue » du travail de l’historien. Deux 26mn et un 52 mn ont été réalisés sur les anciens combattants. Un 52mn est en préparation sur l’école normale.
Dans ce cadre, il faut penser la question des moyens techniques pour les entretiens : prises de son et d’image, qualité technique de l’ensemble, à gérer en même temps que l’interview. Se pose également la question de la préparation de l’interviewé à un entretien qui n’est pas une simple « discussion » en tête à tête.
Contrairement à la phase « travail scientifique », il est nécessaire d’opérer une sélection des moments à retenir pour le film. A cela s’ajoute la recherche d’illustrations d’archives. Dans tous les cas, nous avons accordé une priorité aux archives personnelles des interviewés : mais cela n’est pas toujours possible. Dans ce cas, quelles illustrations choisir ?
Il s’agit donc de voir comment articuler la collecte d’archives orales et la diffusion d’une partie des informations auprès d’un public non spécialiste. Cela interroge sur la place de l’historien, sur la construction des entretiens, et leur « déconstruction » pour la réalisation du documentaire.

“Voix et visages d’un territoire : le projet de l’association « Témoins de Paris – centre de ressources orales sur l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France »”, Jacques-Olivier David (Témoins de Paris).
Comment créer un ensemble-ressource de témoins sur l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France de 1945 à nos jours suffisamment diversifié et représentatif ? Comment choisir, accompagner, faire intervenir et évaluer ces témoins bénévoles sollicités par des lieux aussi différents que des écoles, lycées, universités, bibliothèques, associations, comités d’entreprise…? Comment concilier logiques pédagogiques et archivistiques ? En sachant que les méthodes de recherche des témoins induisent la tonalité culturelle, sociale et politique de l’ensemble-ressource, nous choisissons autant des « candidats-témoins » volontaires en fonction d’événements et de thèmes prédéfinis (pour l’instant la guerre d’Algérie et l’urbanisme) qu’en les accueillant au hasard des rencontres. L’ensemble devrait comporter autant de témoins légitimés, à « la carrière testimoniale » reconnue, que de novices qui ont peu ou jamais témoigné. Le choix est délicat, car un témoin peut être un bon narrateur mais au vécu « relativement quelconque », alors qu’un piètre narrateur, peut se révéler avoir un vécu « très riche ». L’association s’est dotée d’une charte éthique et d’un comité scientifique. Son rôle est autant de faciliter les interventions des témoins que d’aider les demandeurs à la préparation pédagogique du déroulement et des retours a posteriori des rencontres. Le dénominateur commun étant ici le territoire. L’association a aussi pour objectif de questionner et renouveler les usages pédagogiques du témoignage, séquence qui est autant une rencontre vivante, ouverte et risquée, qu’une source historique à analyser et à comparer. Ce travail de préparation et de contextualisation permet aussi d’éviter l’écueil moral de la sacralisation et des généralisations (certains demandeurs percevant le témoignage comme une séquence magique), et n’empiète pas sur la spontanéité et les surprises nées de la rencontre. L’identification à travers un territoire commun, comme un âge commun (entre l’âge du témoin au moment des faits et l’âge de son auditoire), ou le choix du contexte, et en particulier du lieu du témoignage, sont des moyens pédagogiques pouvant impliquer fortement les publics et rendant souvent l’élaboration de la rencontre dans leur souvenir plus prégnante.




Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/04/2019

    […] moment où se termine un colloque d’histoire orale qui aura rassemblé une centaine de personnes sur le thème « Pratiques contemporaines de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search