Conférence « Pratiques contemporaines de l’histoire orale »

Face au dynamisme de l’oral history à l’international, les pratiques historiennes de l’entretien font, aujourd’hui encore, l’objet de relativement peu de discussions dans le paysage universitaire français. Un nombre croissant de travaux historiens associent pourtant une démarche d’enquête orale à l’exploitation des archives écrites. Aussi, si les causes des premières réticences françaises vis-à-vis de la source orale sont connues[1], c’est désormais la question de l’invisibilisation d’une « histoire orale à la française », pourtant bien active, qui pose davantage question[2].

La conférence « Pratiques contemporaines de l’histoire orale. De l’entretien aux archives orales » qui se tiendra du 11 au 13 avril 2019 à l’EHESS, propose donc de mettre au cœur de la discussion le rapport des historiens aux entretiens et plus généralement au terrain. Elle vise à mettre en partage et à confronter des approches plurielles de la constitution et de l’analyse de la source orale, et à dégager les dynamiques nouvelles qui émergent dans ce champ. Soutenues par le Campus Condorcet et par le Centre de Recherches Historiques de l’EHESS, ces journées entendent faire la part belle aux recherches menées par les doctorants et jeunes docteurs, tout en privilégiant le dialogue entre jeunes chercheurs et spécialistes aguerris aux enjeux de l’enquête orale, historiens et archivistes.

Organisée conjointement par une historienne et une historienne de l’art, cette conférence souhaite en outre proposer des regards croisés sur les usages de l’entretien en histoire et en histoire de l’art. De fait, si l’histoire orale demeure principalement investie par l’histoire sociale, l’histoire des institutions, et l’histoire des conflits et traumatismes collectifs, le recours aux sources orales touche désormais des champs de plus en plus variés. L’histoire de l’art en particulier témoigne depuis quelques années d’un intérêt inédit pour la source orale à laquelle elle était longtemps restée rétive. Le programme de recherches « Archives orales de l’art de la période contemporaine 1950-2010 » a ainsi entrepris de dresser l’inventaire des fonds d’archives orales de la scène artistique française ; d’importants chantiers de collecte de témoignages oraux commencent à voir le jour[5] ; enfin plusieurs travaux récents attestent d’un renouveau des méthodes d’enquête en histoire de l’art[6].  

À travers le croisement des objets d’étude et des terrains, cette conférence interroge les apports, les enjeux et les défis posés par les sources orales. Au-delà du recours à l’entretien conçu comme une manière de suppléer aux lacunes des matériaux écrits, quelles formes de jeux et d’articulations plurielles inventer entre sources écrites et orales ? Comment se nouent l’enquête orale et l’exploration des archives ? Souhaitant replacer pleinement la pratique de l’entretien dans la boîte à outils des doctorants et jeunes historiens, les questionnements liés à la constitution et à l’analyse des sources orales, d’un point de vue aussi bien méthodologique, éthique et juridique[7], qu’épistémologique ont été privilégiés. En parallèle, et face au développement et à la valorisation grandissants des fonds d’archives orales, ce sont les défis que posent la revisite et l’exploitation de ces archives par les historiens qui seront abordés lors de la conférence.


[1] Philippe Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, 268 p ; Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Ministère de l’économie des finances et de l’industrie, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p.

[2] Florence Descamps, « En guise de réponse à Giovanni Contini : De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel. Une histoire orale à la française. Conférence de Florence Descamps à l’université de Sherbrooke le 10 avril 2015 », Bulletin de l’AFAS. Sonorités, 31 décembre 2015, no 41.

[5] On pense par exemple à la campagne de collecte de témoignages oraux autour de la figure d’André Chastel (1912-1990) initiée en 2014 par le comité d’Histoire du Ministère de la Culture.

[6] Parmi les nombreux travaux menés par Agnès Callu autour de l’histoire orale en histoire culturelle comme en histoire de l’art, on mentionnera le récent ouvrage :  Agnès Callu et Roland Recht, L’historien de l’art : conversation dans l’atelier, Strasbourg, L’Atelier Contemporain, François-Marie Deyrolle éd., 2018, 326 p. Pointons également la floraison de travaux consacrés aux mouvements artistiques contemporains en Amérique Latine et faisant usage des méthodes de l’histoire orale : qu’il s’agisse des recherches en cours d’Elodie Lebeau sur le Musée International de la Résistance Salvador Allende en France, de celles d’Annabela Tournon sur le muralisme des grupos mexicains, ou encore de l’étude sur les productions murales de Montevideo entreprise dans une perspective plus anthropologique par Ariela Epstein. Annabela Tournon, « “Aunque al seco tronco lo sigan regando”– Reprises du muralisme chez les grupos (1968-1978) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2014 [En ligne]; Ariela Epstein, À ciel ouvert – Cultures politiques sur les murs de Montevideo, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 172 p.

[7] Véronique Ginouvès et Isabelle Gras (éds.), La diffusion numérique des données en SHS: Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2018, 339 p. Nous renvoyons aux nombreuses contributions de l’ouvrage consacrées aux enjeux éthiques et juridiques de la production, l’exploitation et la publication des sources orales.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search